Comment gérer son argent quand on est freelance

Par Margaux,

Et si la solution n’était pas de travailler plus mais mieux ?

La liberté inhérente à la vie de freelance peut vite devenir un fardeau au niveau des finances si on manque d’organisation et d’anticipation. Voilà nos quelques conseils pour gérer au mieux ses finances, même (et surtout) quand elles ne sont pas régulières.

Fixer ses tarifs à l’avance

Fixer ses tarifs de freelance est une tâche à ne pas négliger. Il s’agit avant tout de faire le point sur vos différentes missions pour évaluer un juste tarif à facturer à vos clients, selon le temps et l’effort que vous passez sur chacune.

En ayant les idées claires sur vos tarifs, vous pourrez également vous permettre de négocier avec des arguments construits et concrets, ou au contraire de proposer des remises à certains clients. Prendre le temps de fixer ses tarifs à l’avance peut être fastidieux mais c’est indispensable pour que vous soyez à l’aise face à vos clients. Une fois que vous avez fixé un ordre de prix par mission ou type de travail demandé, ne vous sentez ni obligé de les communiquer avant même de discuter avec votre prospect, ou au contraire de revoir votre tarif à la baisse à chaque fois. Cette grille ne doit pas servir de base à débattre (comme la grille d’une régie publicitaire par exemple), mais bien être un outil qui vous aide à prendre le dessus sur les négociations et de montrer la valeur de votre travail.

Choisir ses clients

Permettez vous de choisir vos clients ! On pense, à tort, qu’on ne peut pas forcément se permettre de choisir avec qui travailler, notamment en début d’activité. Même s’il arrive de prendre des missions moins importantes que d’autres en cas de baisse de régime, ne vous forcez surtout pas à travailler avec des gens qui ne vous inspirent pas confiance ou qui n’accorde pas de valeur à votre travail.

Parmi les entreprises ou prospects à fuir très vite : ceux qui négocient outrageusement vos tarifs à la baisse, ceux qui profitent de votre patience pour vous demander des prestations supplémentaires, ou encore ceux qui paient en retard.

Faire ses comptes

Ce conseil peut paraître élémentaire, mais il est indispensable de suivre ses comptes de près quand on est freelance. Vous devez gérer de nombreuses questions financières, qui ne sont pas prises en charge par quelqu’un d’autre, contrairement à un salarié. En tenant vos comptes, vous arriverez à vous faire une idée de votre budget mensuel, c’est-à-dire de vos entrées et de toutes vos sorties d’argent : non seulement de ce que vous avez besoin pour vivre, mais également vos charges, vos impôts, l’argent pour financer vos activités et vos missions, vos frais divers et variés (de déplacement par exemple)… la liste est interminable.

Vous avez l’avantage d’avoir l’embarras du choix au niveau des outils, selon votre goût et vos habitudes. Il s’agit avant tout de trouver la ou les méthodes qu’il vous faut, du traditionnel carnet et crayon (un carnet de comptable pour les plus old (sch)cool) au tableur Excel, classique mais efficace. La méthode la plus aboutie reste d’utiliser une application qui classe les rentrées et sorties sur votre compte, ce qui vous permet d’avoir une vue plus globale de vos finances.

Mettre de l’argent de côté avec un coup de pouce

Vous avez du mal à anticiper vos charges ou à économiser pour vous payer des vacances ? Faites-vous aider ! En terme d’argent à mettre de côté, on entend souvent que la part idéale se situe autour de 20 % des revenus nets. Mais ces 20 % peuvent rapidement devenir un vrai casse-tête quand vos revenus varient beaucoup d’un mois sur l’autre. Confier cette anticipation et ce calcul à des algorithmes vous laissera plus de temps pour souffler et vous consacrer aux autres points de cette liste, déjà bien chronophage.

Bruno calcule le montant optimal à mettre de côté pour vous, selon un objectif que vous pouvez moduler selon les mois et les projets que vous avez. Un départ en vacances qui approche ? Dites à Bruno que vous souhaitez passer à la vitesse supérieure. Une période plus calme que les autres ? Bruno mettra moins de côté pour vous éviter de manger des pâtes. Vous n’aurez à faire aucun effort particulier et vous vous retrouverez vite avec un petit pactole pour payer tout ce dont vous avez envie, et même plus !

Accorder de l’attention à ses factures

Si jamais vous êtes déjà tombé sur un client qui essaie de vous entourlouper ou qui fait tarder votre paiement, vous savez déjà l’importance de garder des traces de votre prestation grâce à une facture.

Envoyer vos factures en temps et en heure demande un peu d’organisation mais vous aidera ensuite grandement dans vos finances. Vous aurez non seulement plus de chance d’être également payé en temps et en heure, mais vous éviterez aussi d’oublier certaines prestations, notamment les plus courtes. Si vous avez du retard, ne comptez pas sur votre client pour vous rappeler qu’il doit vous payer, c’est bien souvent à vous d’aller chercher ce que l’on vous doit. Une fois envoyées, suivez-les de près : n’hésitez pas à relancer plusieurs fois les retardataires, qui peuvent oublier de vous payer involontairement. Il n’y a aucun mal à demander son dû.

Anticiper ses charges, et les payer

Les charges des freelances sont très variables et peuvent facilement être oubliées si vous n’y faites pas attention. N’oubliez pas d’étudier de près comment calculer et déduire vos charges professionnelles pour éviter les mauvaises surprises et de possibles angoisses. Bien les calculer permettra aussi de mieux fixer votre tarif horaire et d’évaluer combien vous pouvez vous payer.

Pour vos impôts, n’hésitez pas à vous ajouter des rappels multiples dans votre calendrier afin de les payer en temps et en heure. Anticiper et payer vos impôts à l’heure vous évitera de faire une entorse à votre budget sur lequel vous avez passé tant de temps en cas d’oubli et d’arriéré à payer.

Le drame de l’épargne

Par Margaux,

Épargne. En voilà un mot qui fait trembler, provoque des sueurs froides ou, au mieux, juste de l’indifférence. Car mettre de l’argent de côté à toujours été synonyme d’effort. Il faut calculer, échelonner, prioriser, couper, optimiser, comptabiliser et suivre ses comptes de près. Alors comment faire pour que l’épargne ne devienne pas un drame ?

Épargner tout en s’épargnant, c’est possible ?

Toutes les règles et combines que l’on glane sur internet ou transmises oralement de générations en générations sont formelles : pour mettre de l’argent de côté, il faut faire un effort. Un effort plus ou moins grand certes, selon vos revenus, votre volonté et votre amour des chiffres, mais un effort quand même.

Cet effort peut être rendu un peu plus simple en classifiant vos dépenses pour mieux établir votre budget et vos habitudes de dépenses. Certaines banques, ou des agrégateurs de comptes, comme Bankin’ ou Linxo, permettent de bien visualiser vos postes de dépenses, en les classant parfois de manière très fine. Ainsi, vous pourrez enfin découvrir qu’une grande partie de votre argent part dans les délices de l’épicerie fine en bas de chez vous. Ou encore, si vous êtes plutôt régulier de mois en mois ou si vos motifs de dépenses sont aussi volatils que les cours de crypto-monnaie. Je vous conseille d’essayer si vous n’avez pas l’habitude de suivre vos comptes de près, vous pourriez être surpris. Et enfin, si ce que vous voyez ne vous convient pas, il sera plus facile pour vous d’adapter vos dépenses pour des finances à votre goût.

En revanche, ces applications ne définiront pas de montant à épargner à votre place. À vous de budgéter, estimer, ajuster, évaluer et mesurer, à grands coups de tableurs excel, ou à l’ancienne, avec un crayon et un petit carnet. Ensuite, il faudra préparer, planifier, régler, et virer votre argent vers un de vos comptes épargne. Ou opter pour une belle matelas-ception, en conservant votre fameux matelas de sécurité dans une enveloppe sous votre vrai matelas.

Keep calm and ouvrir excel pour calculer son épargne.

La plupart des banques permettent de mettre en place des virements fixes, qui ont deux principaux avantages : 1) éviter d’oublier de virer votre épargne soigneusement calculée, et 2) vous épargner l’effort de vous connecter et de répéter inlassablement ce même geste chaque mois. D’autres produits d’épargne, comme les PEL, fonctionnent même tous seuls : on choisit un montant fixe, qui va automatiquement sur un compte bloqué tous les mois. Comme ça, pas de tentation, et une épargne conséquente au bout de quelques années, qui vise à financer un gros projet (immobilier par exemple).

Et la flexibilité ?

Cependant voilà, les épargnes automatiques existantes ne prennent pas en compte les petits tracas de la vie : un mois où vous devez financer quelques pépins (comme votre chat chez le véto, ou votre voiture qui tombe en panne), où même ce virement automatique de 45 euros (le minimum pour un PEL) vous met dans l’embarras. Vous voilà obligé de vous serrer la ceinture et manger des pâtes, quant bien même vous pensiez avoir fait attention ce mois-ci, sans folie dépensière.

Ces automatismes proposés prennent rarement en compte les besoins et les possibilités des plus petits budgets. Comment épargner, ne serait-ce qu’une poignée d’euros par mois, quand chaque centime compte ? Budgéter ses dépenses devient essentiel, et mettre de côté est un luxe que de nombreuses personnes ne peuvent se permettre.

Épargner prends donc du temps, est souvent un poids, et n’est pas toujours efficace : il n’est pas rare que ce virement ambitieux effectué en début de mois pour « me motiver, ce mois-ci je fais gaffe ! » sur son livret A revienne fissa sur le compte courant franchement dans le rouge la dernière semaine du mois. Alors comment souffler tout en mettant enfin de côté ?

Rare représentation de votre moi de la fin du mois, cassant l‘épargne (et les rêves) de votre moi de début du mois, insouciant et plein d’espoir. // @darkstockphotos

Dédramatiser son épargne

Alors mauvaise nouvelle. Cet article n’est pas un énième mode d’emploi qui vous détaille une recette miracle pour épargner, car spoiler alert : il n’y en a pas.

Même Bruno et son épargne flexible ne peut pas vous sauver si vous retirez vos économies tous les mois (on y travaille néanmoins). En revanche, c’est une béquille non négligeable qui permet de penser à autre chose. Si vous mettez déjà de côté, vous pourrez optimiser vos économies selon les calculs de Bruno. Si vous n’avez jamais mis de côté, vous verrez que c’est possible et que ce n’est pas si compliqué, avec une once de bonne volonté.

En adoptant une façon d’épargner plus flexible, qui s’adapte à votre vie sans que vous ayez à recalculer votre épargne tous les mois, il est facile d’atteindre une santé financière et de s’auto-financer pour ses projets, même les plus gros. Vous brûlerez moins d’argent en n’étant plus tenté de dépenser ces 10 euros en trop qui restent sur votre compte courant. Vous ne vous priverez pas pour autant. Et puisque vous ne réfléchissez pas à économiser, vous ne serez pas autant tenter de rapatrier ces euros en trop à la moindre envie, vous en viendrez même… à les oublier.

From zéro to 3120 euros.

Pour finir, Bruno n’est pas là pour vous faire une leçon de morale. Nous n’avons pas à vous dire quoi faire de votre argent, mais on souhaite juste vous aider à en avoir assez pour vous faire plaisir, pour vos envies, vos projets ou en cas de pépin. Vous montrer que c’est possible d’épargner même quand on est ric-rac à la fin de tous les mois. Prouver que tout le monde peut épargner, sans effort, et surtout, sans drame.

Bruno rémunère votre argent : le compte épargne qui bosse seul

Par Margaux,

Prononcer « compte épargne » provoque des bâillements chez une grande majorité des gens. D’abord car gérer une épargne est une tâche solitaire et rébarbative et que le plaisir de gérer son épargne est inversement proportionnel au temps passé dessus.
On le sait chez Bruno, on est les premiers concernés. C’est pour ça que Bruno rémunère désormais les montants qu’il met de côté pour vous à hauteur de 1 %, sans que vous n’ayez à lever le petit doigt ou à sortir de calculette 💸 On vous dévoile tout sur ce nouveau compte épargne ici.

Là où tout a commencé

L’idée du livret trotte dans la tête de l’équipe Bruno depuis longtemps, bien avant qu’il y ait toute une équipe en réalité. Depuis que Bruno existe, nous avons toujours voulu vous permettre de rémunérer vos économies.

Mais nous ne voulions pas vous proposer n’importe quoi, n’importe comment. Pour vous proposer un livret solide sur ses appuis, des intérêts aux petits oignons, la crème des produits bancaires en somme, il fallait trouver la banque partenaire (un établissement de crédit dans notre jargon) pour héberger vos fonds.

Nous avons rencontré plusieurs potentiels partenaires qui sont, pour la plupart, restés au stade potentiel. La plupart, sauf un : parmi toutes ces rencontres, nous avons croisé la route des équipes de Carrefour Banque. C’est ainsi que l’idée d’un livret intelligent s’est concrétisée, sorte de super-épargne qui combine taux d’intérêts un tant soit peu intéressant avec l’innovation et la simplicité portée par le fonctionnement de Bruno. Un compte épargne sans effort, sans peine, sans sueur. Le pied.

Ce que vous en dites

Entre temps, et ce depuis le lancement de Bruno en février 2018, vous avez souhaité que vos économies sur Bruno soient rémunérées. Vous l’avez demandé haut et fort, à coup de gifs hilarants et d’emojis larmoyants, dans vos retours en public ou en privé : il ne se passait pas un seul jour sans que l’on reçoive cette doléance. Autant dire que ça devenait critique, et notre envie de vous proposer une rémunération sur les fonds mis de côté n’en fut qu’attisée de plus belle.

Et j’ai crié, crié, Bruno, pour que tu rémunères mes économies à un taux intéressant mais gratuitement.

Et vous avez raison d’être exigeants, surtout quand on touche à votre argent.

Pourquoi c’est mieux qu’avant ?

Car vous allez d’abord pouvoir réaliser vos projets plus vite 🙌

Plus vous mettez de côté, plus les intérêts qui vous seront versés à la fin de l’année seront élevés : vous gagnez 1 % de l’argent mis de côté, et ce jusqu’à 10 000 €. Ça va, vous êtes large. Ensuite, le taux est adapté comme c’est le cas sur la plupart des livrets : si vous avez 42 000 € sur votre livret avec Bruno (et oui, ça va plus vite qu’on ne le croit !), vous gagnerez 1 % de vos premiers 10 000 €, puis 0,2 % des prochains 10 000 €, puis 0,3 % des derniers 22 000 €. Simple, basique.

En réalité, ce n’est pas si simple et basique : on a bien entendu simplifié le calcul ci-dessus en supposant que vous laissez sur votre livret la même somme pendant toute l’année, sans y toucher. Ce qui n’arrive jamais, ou presque, en réalité. Nous n’allons pas nous étendre plus ici, mais si ça vous intéresse, on vous en dit plus sur notre page d’aide qui explique la rémunération du livret.

Calcul des intérêts, allégorie

Bruno compile et vous informe des intérêts que vous avez sécurisés directement dans le suivi de vos comptes, pour que vous n’ayez pas à faire ce savant calcul par vous-mêmes.

Les intérêts permettent d’ajouter une motivation supplémentaire à mettre de côté et faire fructifier votre argent, pour atteindre plus rapidement vos objectifs par exemple. Bruno vous proposera toujours des montants optimaux à mettre de côté, et vous pouvez aussi choisir de déposer de l’argent en plus des prédictions de Bruno, grâce au bouton ‘déposer’.

Qu’est-ce qui change dans Bruno ?

Rien ne change ou presque, vous retrouverez votre bon vieux Bruno sur Messenger. Il lit en vous, ou plutôt en vos comptes, comme dans un livret ouvert. En analysant les montants de vos rentrées et vos sorties d’argent, il vous propose régulièrement un montant optimal à mettre de côté, sans vous mettre dans le rouge. Les modes sont toujours là, pour que vous indiquiez à Bruno s’il peut vous proposer des montants un peu supérieurs ou si, au contraire, vous souhaitez qu’il prenne son temps.

Doucement, mais sûrement.

Un compte épargne, et après ?

Tous les gros et petits projets sur lesquels nous travaillons actuellement sont visibles aux yeux de tous, bien rangés dans notre roadmap publique sur Trello. Nous la tenons à jour en vous indiquant quelles sont les fonctionnalités qui risquent d’arriver plus rapidement que d’autres, et vous pouvez vous-mêmes voter avec un pouce vers le haut, qui sait, peut-être que votre chouchou arrivera plus tôt que prévu.

Et si vous pensez à une incroyable fonctionnalité que nous n’aurions pas encore envisagée, vous pouvez nous en dire deux mots en cliquant sur « Parler à un humain 👨 », directement depuis la conversation Messenger. On est toujours ravis de discuter avec vous du futur de Bruno.

Comment rendre mon déménagement le plus agréable possible ?

Par Florent,

Déménager c’est un nouveau départ et ça c’est vraiment cool ! C’est l’occasion de dire au revoir à la voisine d’à côté, de changer d’atmosphère ou bien de voler de ses propres ailes … L’occasion de réinventer un peu sa vie. Vu comme ça, c’est le bonheur !

Sauf qu’un déménagement implique aussi des dépenses en tout genre et surtout de la paperasse administrative. Difficile de penser à tout ! On est vite complètement dépassé.

Alors, on vous aide à anticiper et à garder de votre futur déménagement le meilleur des souvenirs (oui, on exagère un peu). Voici quelques tips pour faciliter votre déménagement et le rendre plus agréable.

 

Changez d’adresse. Prévenez vos admirateurs secrets.

 

Le changement d’adresse, étape incontournable quand on déménage ! Il permet d’informer de votre changement de vie les organismes privés et publics comme les impôts, Pôle Emploi, les caisses de retraite, les caisses de sécurité sociale, les services de la carte grise, etc. Rien de plus simple, il suffit de se rendre sur le site mis en place par l’Etat. Vous pourrez y mettre votre nouvelle adresse au plus tôt trois mois avant votre déménagement, au plus tard trois mois après.

Pensez aussi à mettre à jour vos différents abonnements sur internet. En attendant, vous pouvez mettre en place la redirection du courrier vers votre nouveau domicile. Les lettres qui arriveront vers votre ancien logement seront directement rédigées vers le nouveau.

Et surtout, n’oubliez pas de prévenir les gens qui vous aiment !! 

Pensez à l’énergie. Evitez la première nuit éclairée à la bougie.

 

Si si, c’est possible… Pour éviter ça, il faudra résilier vos anciens contrats d’électricité ou de gaz, et en ouvrir de nouveau. Il suffit de contacter un fournisseur d’énergie ou des entreprises intermédiaires qui s’occupent gratuitement de cette tâche. Lors de l’arrivée dans votre nouveau logement, vous n’avez plus qu’à ouvrir votre compteur de gaz et d’électricité et la magie opère !

Vous pouvez vous rendre juste ici pour mieux comprendre les démarches à suivre. Le tarif de la mise en service est le même partout sur le territoire. C’est le distributeur du réseau qui s’occupe de l’ouverture du compteur, à savoir Enedis pour l’électricité et GRDF pour le gaz. Il faudra ensuite choisir votre nouveau contrat. Depuis l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie en 2007, il est désormais possible de choisir votre fournisseur d’électricité et de gaz parmi une trentaine de partenaires.

 

Petits geeks que vous êtes, vous n’oublierez pas Internet on le sait.

 

Pensez quand même à vérifier si votre offre actuelle est disponible dans la commune où vous allez. Pour cela, vous devez effectuer un test d’éligibilité. Les offres ne sont pas les mêmes sur tout le territoire national. Par exemple, en habitant dans le centre-ville d’une grande ville, vous avez opté pour une offre fibre optique très haut débit. Si vous déménagez dans un village reculé du centre de la France, il y a peu de chances pour que vous puissiez avoir accès à cette offre. Si l’offre que vous utilisez actuellement est présente dans votre futur habitat, vous pouvez juste effectuer un transfert de connexion en prévenant avant le déménagement.

Si elle n’est pas présente. Vous pouvez alors choisir une autre offre du même opérateur ou changer d’opérateur. Choisissez juste ici la meilleure offre disponible !

 

Anticipez.  Prévoyez le bon budget.

 

Et oui … encore et toujours le budget ! Le déménagement est un poste de dépense qu’on oublie souvent de prévoir. Pourtant, il peut vite faire vriller votre compte courant. Il faut payer les frais d’agence, avancer une caution d’environ un mois de loyer et rapidement se faire prélever de son premier mois de loyer.

Une fois dans l’appartement, s’il est non-meublé, s’ajoutent les dépenses de mobilier et appareils électroménagers : nouveau lit, nouveau frigo, nouvelle cuisinière… Jusque là, on y arrive en serrant les dents.

Mais, finalement, le plus agréable quand on emménage c’est de construire son nouveau lieu à son image. C’est de l’aménager vraiment : acheter un nouveau tapis, investir dans sa future déco, s’offrir la photographie qui irait parfaitement avec le mur de votre chambre… Et là, c’est toujours un peu plus compliqué. Bon, ne soyons pas trop ambitieux, s’installer prend du temps mais pour vos premiers plaisirs, prévoyez une enveloppe budgétaire “spécial déco” pour rendre votre emménagement meilleur !

Sur ce, bonne installation 😉

Comment on a lancé Bruno

Par Florent,

Avec Louis, mon associé, et notre équipe, nous avons lancé en février 2018 le compte Bruno. C’est le premier compte pour mettre de l’argent de côté qui est géré complètement automatiquement.

Chaque semaine, Bruno trouve le montant optimal à mettre de côté et le transfère automatiquement depuis votre compte courant vers votre compte Bruno

Au total, nous avons déjà aidé nos utilisateurs à mettre plus de 300 000 euros de côté et nous ouvrons maintenant plusieurs dizaines de comptes par jour, 3 mois à peine après notre lancement officiel. Bruno grandit vite et on ne compte pas s’arrêter là.

bruno-florent

 

Mais commençons par un retour en arrière

 

Louis et moi, nous nous connaissons depuis plus de 10 ans. Nous nous sommes rencontrés pendant nos études, nous sommes tous les deux ingénieurs, diplômés de Télécom et de Supélec.

Avant de créer Bruno, Louis était déjà entrepreneur. Il a lancé Le Wagon, l’école de code, à Marseille en 2015 pour faire grandir et structurer la communauté des développeurs dans cette région. Avant ça, il travaillait pour 55, la data agency parisienne. Louis était un des premiers employés. Aujourd’hui 55 emploie plus 200 personnes. Louis développe dans plusieurs langages.

J’ai travaillé 6 ans à Hong Kong et 2 ans à Londres dans différentes banques. La Société Générale, Royal Bank of Canada et la Deutsche Bank. Je développais et gérais des algorithmes d’investissement sur les marchés actions d’une dizaine de pays. Je manipulais beaucoup, beaucoup de data. Et pour ça il y a Python.

Ça fait 2 ans que Louis et moi tournons autour du problème des économies. C’est un problème mathématique complexe et on aime ça. Combien faut-il mettre de côté et que faire de ses économies ? C’est aussi une question très personnelle, qui touche à notre mode de vie, à nos moyens financiers et au regard qu’on porte sur l’argent en général.

 

“J’y pense et pas seulement en me rasant”. Nicolas Sarkozy. 2003.

 

Les économies, personne n’en parle mais tout le monde y pense. C’est la conclusion de toutes les discussions que nous avons pu avoir avec tous les gens autour de nous.

 

“Chacun fait c’qu’il lui plait”. Chagrin d’amour. 1982.
 

Il y a ceux qui ont encore une tirelire, ceux qui transfèrent une fraction de leur salaire dès qu’ils le reçoivent ou encore ceux qui attendent la fin du mois pour transférer ce qu’il reste sur le compte courant vers leur livret (SPOILER : le transfert s’effectue en fait souvent dans l’autre sens).

 

“I am really rich”. Donald Trump. 2015.

 

Pourquoi met-on de côté ? Pour pouvoir dépenser d’un seul coup une somme d’argent importante. Mais la notion d’ “importante” diffère énormément entre chacun d’entre nous. Certains mettent de côté pour un nouveau jean, d’autres pour un nouveau téléphone et certains pour un appartement.

 

« Heureusement j’ai un super conseiller”. Personne. Jamais.

 

En février 2017, Louis et moi réalisons que personne autour de nous ne gère ses économies :

  • une partie n’arrive pas à mettre de l’argent de côté, alors qu’ils pourraient avec un peu de coaching
  • Ceux qui mettent de l’argent de côté le font avec des montants arbitraires
  • Personne ne sait combien il/elle aura de côté dans 2 ans
  • Une partie stresse à l’idée de dépenser un peu de leurs économies alors que ça serait parfaitement légitime

Personne ne comprend les placements et tout le monde déplore le manque de simplicité dans l’offre bancaire actuelle. Donc on a créé Bruno.

 

 

Les débuts

 

Avant de proposer notre propre compte, le compte Bruno, nous avons dû obtenir un certain nombre d’agréments. Ces agréments s’obtiennent auprès du régulateur, l’ACPR (le “gendarme” des banques), cela prend du temps et c’est normal. Le temps de les obtenir, nous avons commencé à tester l’intelligence artificielle de Bruno auprès d’une centaine de bêta-testeurs.


“Hello, nous cherchons des bêta-testeurs pour éduquer notre intelligence artificielle qui déplacera l’argent entre vos comptes bancaires. Nous n’avons pas encore d’agrément pour ça mais ça ne devrait pas tarder.”

bruno-florent

 

Le décollage

 

Le 15 septembre 2017, nous ouvrons les premiers comptes Bruno. L’intelligence artificielle de Bruno est capable de prédire l’évolution de vos comptes et calcule les montants que vous pouvez vous permettre de mettre de côté. Mais elle est encore en rodage. Nous avons besoin d’encore plus d’utilisateurs pour nous assurer qu’elle fonctionne sur tous les types de compte, toutes les banques, tous les budgets …

Plus d’utilisateurs, plus d’infrastructure, plus de coûts. Pour accélérer notre développement et mener à bien notre mission, nous levons 1 million d’euros auprès de 360 Capital Partners et de business angelshors du commun.

En janvier 2018, Bruno, le premier service de microsaving en France, est prêt. Il fonctionne avec tout le monde. Nous avons des étudiants, des gens en CDI, d’autres en situation moins stable, et au moins un freelance de Crème de la Crème. Bruno s’adapte à tous grâce à son intelligence artificielle.

Le 5 février 2018, nous lançons officiellement le compte Bruno. En faisant un pari.

Nous faisons le pari de lancer le compte Bruno sur Messenger. Pourquoi ? Pour être là où sont nos utilisateurs, c’est à dire dans les applications de messagerie. Parce que c’est à la banque de s’adapter et pas l’inverse. Parce que c’est plus simple.

Parce que c’est en Asie que j’ai découvert les entrepreneurs et les technos qui m’inspirent aujourd’hui : Tencent qui, avec QQ et WeChat, a tout inventé ; Naver, le “Google coréen”, à côté de qui nous sommes assis à la Station F, qui a créé Line, aujourd’hui la première app de messagerie au Japon ; et Alibaba qui dépassera Amazon grâce à Alipay, une fintech, comme Bruno.

Les échanges avec Bruno sont simples. On s’adresse à lui avec lui grâce à des commandes pré-enregistrées disponibles en bas de l’écran. Ce n’est pas qu’un robot. On peut à tout moment parler avec un humain de l’équipe Bruno et aujourd’hui nous sommes reconnus pour notre support client : nous répondons à toutes les questions, sans jargon et sans rien cacher.

 

 

Ce n’est vraiment que le début

 

En ce moment, l’équipe grandit vite et nous cherchons toujours des gens pour nous rejoindre et nous aider dans notre mission : simplifier notre façon d’interagir avec l’argent.

Pour accomplir cette mission, nous allons ajouter de nouvelles fonctionnalités au compte Bruno et le rendre chaque jour plus intelligent.

Nous avons un plan très clair pour faire ça. C’est ce plan qui nous a permis de lever 1 million d’euros, auprès d’un VC et de business angels au top, 8 mois après la création de la société alors que nous n’avions même pas encore officiellement lancé notre produit. C’est le plan de développement de Bruno, son utilisation, et ses fonctionnalités futures qui ont permis d’obtenir cette levée de fonds.

Aujourd’hui Bruno permet simplement de mettre de petites sommes de côté. Dans 3 mois le compte Bruno sera rémunéré. Dans 1 an, vous pourrez placer cet argent sur des projets d’investissement durable et responsable.

Ce plan de développement, nous l’avons rendu public.

C’est d’ailleurs le seul conseil que je donne aujourd’hui à ceux qui commencent à travailler sur un nouveau produit. Soyez clairs sur vos use cases. Quelle valeur apportez-vous à vos utilisateurs ? Commencez avec un seul use case et traiter le à fond. Ne vous dispersez pas sur 10 fonctionnalités différentes. Concentrez-vous sur celle qui apporte le plus de valeur et prévoyez de développer les autres plus tard.

 

Modes & Parler à un humain

Par Florent,

Ces dernières semaines, nous avons lancé deux nouvelles fonctionnalités – ‘Modes’ et ‘Parler à un humain’.

Modes

Même si Bruno est déjà capable de trouver seul le montant optimal que chaque utilisateur peut mettre de côté chaque semaine, nous avons réalisé que nos utilisateurs avaient aussi besoin de configurer Bruno selon leurs envies. … Lire la suite

Bruno annonce une levée de fonds de 1 million d’euros

Par Florent,

A l’occasion du lancement officiel de son assistant personnel Bruno, disponible depuis Messenger, la startup éponyme, qui veut aider les Français à mettre de l’argent de côté, annonce une levée de fonds d’un million d’euros auprès du fonds d’investissement 360 Capital Partners et de Business Angels.

… Lire la suite

Quel budget pour des vacances au ski ?

Par Florent,
Budget pour des vacances au ski

Nous sommes début décembre et déjà apparaissent les premières envies de séjour au ski, en prévision des vacances de février. Que ce soit en famille, entre amis, que vous soyez plutôt un adepte des sensations fortes, ou bien que vous préfériez rester coin du feu, boire du vin chaud et déguster une tartiflette, ces vacances sont faites pour vous.

… Lire la suite

Bruno, la startup fintech qui aide à épargner

Par Florent,
Bruno iPhone Facebook Messenger

Notre mission

Chez Bruno, nous pensons qu’il est temps de repenser la façon dont nous interagissons avec notre argent.

Les produits et services financiers ont été créés pour faciliter notre quotidien, pour financer nos objectifs à long terme et nous aider à faire face à un imprévu. Pourtant, aujourd’hui, ces services ne sont pas accessibles. Ils sont trop complexes, trop chers, souvent inadaptés, proposés par des acteurs traditionnels qui offrent une expérience lourde et confuse. … Lire la suite

Bienvenue chez Bruno

Par Louis,
Bruno Epargne

Qui est Bruno ?

Bruno est un assistant personnel qui permet de mettre de l’argent de côté automatiquement. Régulièrement, Bruno détermine le montant optimal que vous pouvez vous permettre de mettre de côté. Il transfère alors vos économies sur votre compte Bruno.

Pour ouvrir un compte Bruno, vous devez d’abord connecter votre compte courant à Bruno. Tous les 4 ou 5 jours, Bruno regarde où vous en êtes sur votre compte courant et détermine combien vous pouvez mettre de côté. Bruno ne vous fera jamais mettre de côté plus que ce que vous pouvez vous permettre. Ensuite, Bruno déplace automatiquement vos économies sur votre compte Bruno. Les fonds sur votre compte Bruno sont disponibles à tout instant.

… Lire la suite